Antoine Vincent

Antoine Vincent du 20 septembre au 29 octobre 2016

Vernissage le jeudi 22 septembre à partir de 18h

l’artiste sera également présent le samedi 24 septembre de 15h à 19h

La galerie présente une vingtaine d’oeuvres récentes. Il faut un peintre pour rendre assimilable la lumière des soirs de Rome, la mobilité des visages d’enfants, les lectures solitaires surprises au détour d’une porte ou quelques fruits dans un torchon. La vérité de ces sujets vient qu’Antoine Vincent n’imite pas le réel, il le décode pour mieux nous faire soupçonner ce que la beauté cache comme un secret. Il nous donne à voir le souvenir d’une société qui serait aussi un projet d’avenir.

Petit-fils du peintre Maurice Perrot, Antoine Vincent est né à Casablanca (Maroc) en 1956. Après des études classiques et une licence en droit, il entre au  Conservatoire National Supérieur de Musique tout en peignant en solitaire. Sa rencontre avec le peintre Philippe Lejeune, dont il devient l’élève, le détermine à se consacrer entièrement à la peinture.

Sociétaire et médaille d’Or du Salon des Artistes Français, il est membre de la Fondation Taylor qui l’a honoré du Grand Prix René Beja et Peintre Officiel de l’Armée dont il obtient le Grand Prix du Salon. Il vit et travaille à Chartres (Eure-et-Loir).

« Découvrir la peinture d’Antoine Vincent, c’est retrouver le chemin d’une vie heureuse, d’une vie « plus haute » eût dit un mystique espagnol. Tout chez Antoine Vincent célèbre la lumière, la présence, l’instant éternel. Intime et radieux, il rend les ombres caressantes. Dessinateur sensible et billant, il discerne et restitue les moindres nuances de l’atmosphère. La magie de sa palette parait même ralentir le temps, lui rendre la saveur des heures de plénitude. C’est le miracle de la peinture. » Luis Porquet, écrivain.

« Dans ces pays lointains , où on croit encore à l’homme éternel plus qu’au « mutant mondialiste », la reconnaissance de ses pairs a donné à Antoine Vincent cette notoriété à laquelle il a droit. Déjà en son propre village, nous sommes nombreux à reconnaître en lui « un peintre »; ce terme n’a jamais tant de force que lorsqu’il est seul » Philippe Lejeune (1924-2014)

« Au-delà de la maîtrise du métier, il y a chez Antoine Vincent une maturité du regard qui vient d’une grande attention aux êtres, aux choses et surtout aux moments, ceux où s’accomplit le miracle visuel qui les met en profonde concordance, en raisonnante et harmonie… » Joseph Tarrab, journaliste.