Jacques Rohaut

du 8 novembre au 3 décembre 2016

vernissage mercredi 9 novembre 2016 à partir de 18h

l’artiste sera également présent samedi 19 novembre de 15h à 19h.

La galerie présente une vingtaine d’oeuvres récentes.

Tous les aspects de la vie maritime sont bons à Jacques Rohaut pour affiner encore cette langue vivante « sans le piège des mots » qu’est la peinture. Plus nerveuse, plus urgente- la mer a plus de contraintes que le paisible atelier d’Etampes- sa peinture n’en finit pas de nous offrir des caps nouveaux, des embarquements vivifiants, de Toulon à Brest, de Djibouti à l’Ile d’Yeu (refuge de l’artiste) des salons grandioses de l’Hôtel de la Marine au puissantes armadas…

Né en 1950 au Maroc, Jacques Rohaut fut dès les années 1970 élève du peintre Philippe Lejeune à Etampes. Peintre officiel de la Marine, il en préside l’association depuis 2014. Il a reçu la Médaille d’or du Salon des Artistes Français, l’Institut et la Fondation Taylor l’ont honoré de leurs prix.

Plusieurs reproductions de ses oeuvres figurent dans le livre Hommage au Bellem par les Peintres officiels de la Marine et les Ecrivains de Marine qui vient de paraître aux éditions Gallimard.

« Jacques Rohaut est de son temps. Il admet l’avion dans le paysage, ne le trouvant pas plus anachronique que la locomotive de la gare Saint-Lazare ne le semblait à Claude Monet. Seul compte le tableau, sa vérité vue à travers le prisme du peintre. La lente évolution que l’on peut suivre dans les tableaux de Jacques Rohaut le conduit vers une spontanéité sincère…

Sans violence et sans impatience, année après année, Jacques Rohaut poursuit son chemin. Peindre pour lui est une raison de vivre, une façon bien personnelle de transmettre cette émotion indéfinissable que secrète le tableau qui n’est pas seulement cette « surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées »

Jean-Paul Caracalla, 1985.

« L’exotisme n’existe pas-Gauguin voyait déjà des tahitiennes à Pont-Aven- c’est ce qui sort de l’oeil du peintre qui fait naître une réalité nouvelle, parce que le regard de Jacques Rohaut, sans le modifier, mais en interférant avec l’objet, le démasque et le décrit sans le définir. C’est un vrai talent au service d’une grande exigence »

Philippe Lejeune (1924-2014)